Written by  Déc 28, 2020 - 619 Views

Le monsonge du réchauffement planétaire

Sky world news /La science des changements climatiques a plus de 150 ans et c'est probablement le domaine le plus étudié de la science moderne

. Cependant, le secteur de l'énergie, les lobbyistes politiques et d'autres ont passé les 30 dernières années à semer le doute sur cette science, là où pourtant, ces doutes ne devraient pas exister.

Selon les dernières estimations, les cinq plus grandes compagnies pétrolières et gazières publiques du monde dépensent environ 200 millions de dollars par an pour faire pression afin de contrôler, retarder ou bloquer des politiques contraignantes motivées par le climat. Ce déni organisé et orchestré de la science des changements climatiques a contribué à l'absence de progrès dans la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), au point où nous sommes confrontés à une urgence climatique mondiale.

Et lorsque les négationnistes du changement climatique utilisent certains mythes au mieux des fausses nouvelles et au pire des mensonges pour miner la science des changements climatiques.

Les changements climatiques font partie du cycle naturel Le climat de la Terre a toujours changé, mais l'étude de la paléoclimatologie ou « climats passés » nous montre que les changements des 150 dernières années  depuis le début de la révolution industrielle  ont été exceptionnels et ne peuvent être naturels.

Les modélisations suggèrent que le futur réchauffement prévu pourrait être sans précédent par rapport aux cinq millions d'années précédentes.

La Températures de la planète depuis 65 millions d'années et réchauffement futur possible de la planète en fonction de la quantité de gaz à effet de serre que nous émettons.

L'argument des changements naturels est conforté par la théorie selon laquelle le climat de la Terre se remet à peine des températures plus fraîches du Petit Âge glaciaire (1300-1850) et que les températures actuelles sont les mêmes que celles de la période de réchauffement médiéval (900-1300).

Le problème est que le Petit Âge glaciaire et la période de réchauffement médiéval n'étaient pas des changements globaux mais régionaux dans le climat affectant l'Europe du Nord-Ouest, l'Amérique orientale, le Groenland et l'Islande.

Les changements sont causés par des rayons cosmiques galactiques Les taches solaires sont des tempêtes à la surface du soleil qui s'accompagnent d'une activité magnétique intense et parfois, d'éruptions solaires.

Ces taches solaires ont le pouvoir de modifier le climat de la Terre. Les scientifiques qui utilisent des capteurs sur les satellites enregistrent la quantité d'énergie solaire qui frappe la Terre.

Depuis 1978, il n'y a pas eu de tendance à la hausse. Ils ne peuvent donc pas être à l'origine du récent réchauffement climatique.

Mais il y a deux problèmes avec cette idée. Tout d'abord, les preuves scientifiques montrent que ces rayons ne sont pas très efficaces pour créer des nuages. Au cours des 50 dernières années, le nombre de ces rayons a en fait augmenté, atteignant des niveaux records au cours des dernières années.

Si cette idée était correcte, les rayons cosmiques devraient refroidir la Terre, ce qui n'est pas le cas. Le CO₂ ne forme qu'une petite partie de l'atmosphère il ne peut donc pas avoir d'effet sur elle Il s'agit d'une tentative de jouer la carte du bon sens mais elle est complètement fausse.

En 1856, un scientifique américain Eunice Newton Foote a mené une expérience avec une pompe à air, deux cylindres de verre et quatre thermomètres.

Il a montré qu'un cylindre contenant du dioxyde de carbone et placé au soleil emprisonnait plus de chaleur et restait plus chaud plus longtemps qu'un cylindre avec de l'air normal.

Les scientifiques ont répété ces expériences en laboratoire et dans l'atmosphère, démontrant encore et encore l'effet de serre du dioxyde de carbone.

Une très petite partie de quelque chose ne peut pas avoir beaucoup d'effet sur elle, il suffit de 0,1 gramme de cyanure pour tuer un adulte, ce qui représente environ 0,0001 pour cent de votre poids corporel. Comparez cela avec le dioxyde de carbone, qui constitue actuellement 0,04 pour cent de l'atmosphère et qui est un gaz à effet de serre important.

Pendant ce temps, l'azote représente 78 pour cent de l'atmosphère et pourtant, il est très peu réactif. Les scientifiques manipulent les données pour montrer une tendance au réchauffement Ce n'est pas vrai et c'est un argument simpliste utilisé pour attaquer la crédibilité des climatologues.

Il faudrait une conspiration couvrant des milliers de scientifiques dans plus de 100 pays pour atteindre l'échelle nécessaire à cette fin.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Postes en vedette

Contact Info

  • Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry. Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry.
  • No 1123, Marmora Road, Glasgow, D04 89GR.
  • (801) 2345 - 6788 / (801) 2345 - 6789
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…